L’humusation, le retour à la terre

Alternative à l’inhumation et à la crémation, cette pratique consiste à transformer le corps du défunt en humus pour nourrir les sols et perpétuer le cycle de la vie. Le procédé est développé de deux façons différentes, aux Etats-Unis et en Belgique. L’état de Washington a légalisé cette pratique depuis mai 2019 et les Américains y auront accès dès 2020.

Il s’agit d’un processus contrôlé de transformation des corps hors sol par les humuseurs (micro-organismes

présents uniquement dans les premiers cm du sol) dans un compost composé de matières végétales humides et broyées (bois d’élagage…), qui transforme, en 12 mois, les dépouilles mortelles en humus sain et fertile. En une année, l’humusation du défunt, réalisée sur un terrain réservé et sécurisé, produira +/- 1,5 m³ de « super-compost ».

C’est encore très tabou. Dommage parce que cela permettrait de désencombrer les cimetières et d’éviter aux sols de se gorger de substances toxiques.

https://www.humusation.org/